La batterie d’automobile.

Dans une batterie d’automobile, il y une cathode et une anode en plomb fixés à un contenant contenant de l’acide sulfurique. L’anode et la cathode trempent dans l’acide, et une réaction chimique permet une tension électrique entre l’anode et la cathode. Si la tension devient trop faible, on peut « recharger » la batterie, en lui faisant passer un courant inverse. En fait, ce courant inverse produit la réaction chimique inverse, ce qui permet à l’anode et la cathode de retrouver leur état fonctionnel. Mais cette inversion ne peut pas se faire indéfiniment, et parfois, ça devient nécessaire de changer la batterie. Mais si, pour une raison ou une autre, vous ne pouvez pas changer la batterie, alors c’est possible de jouer avec le pH de l’acide, soit en le diluant, ou bien en le fortifiant, pour retrouver une batterie fonctionnel.

Dans notre société, il y a les très pauvres et les très riches. Au milieu, il y a la « masse », ce sont ceux qui travaillent, produisent, paient leurs impôts, et font fonctionner le « système ». La société, avec ses règles et ses lois, sa culture sont folklore et ses institutions, est un support, ou un contenant si vous voulez, pour permettre à presque tout le monde de fonctionner, de travailler, pendant que les pauvres s’appauvrissent, et les riches s’enrichissent. Alors, avec ce système qui fonctionne comme contenant, et les deux extrémités du spectre de la richesse, on peut dire que la société stocke le potentiel humain, de la même manière que la batterie d’automobile stocke le potentiel électrique.

Parfois, quand il n’y a pas de grande différence entre les riches et les pauvres, le potentiel humain est difficile à exploiter. D’autres fois, le potentiel humain est limité par le confort collectif, ce qui rend les membres fonctionnel de la société, réfractaires aux changements. Alors, pour rendre fonctionnel à nouveau la batterie sociétale, il faut soit la recharger en augmentant l’écart entre les pauvres et les riches, ou bien en diluant ou fortifiant la diversité dans la population active.

Notre société est présentement dans un état où le potentiel humain est difficilement exploitable. Donc, nos gouvernements font des interventions chirurgicales pour que les pauvres s’appauvrissent tandis que les riches s’enrichissent. Mais ce n’est pas assez. Alors, certaines factions mondialistes se permettent de jouer avec le « pH » de la société. C’est pourquoi qu’on voit depuis quelques années, de l’immigration massive vers l’Europe, et depuis peu, vers le Canada.

Mais que se passerait-il si on remplaçait tout simplement la batterie?

Alors, en premier, il n’y aura plus de société, ça sera chacun pour soi. Ensuite certaines personnes mettrons leurs ressources en communs pour mieux survivre. D’autres personnes les suivront. Dans ces collectivités il y aura certainement des membres qui contribueront plus que d’autres. Et là ça devient intéressant. Les membres qui contribueront le plus vont essayer de rendre les autres plus productifs. Mais puisqu’il y aura toujours des membres qui contribueront moins que les autres, ces personnes démunis serviront de prétexte pour les autres pour ne pas contribuer davantage. Alors, pour permettre à ces collectivités de progresser dans leur système, il faudra assimiler d’autres collectivités. Parfois, il y aura des guerres. Les collectivités les plus fortes, ou les plus vicieuses, grandiront au dépends des autres collectivités, et ce jusqu’à se retrouver au point de départ, c’est-à-dire la situation mondiale actuelle.

Alors que faire?

Prenez-vous en mains, soyez votre propre micro-société personnelle. Partager vos surplus avec d’autres, mais garder pour vous vos plus précieuses ressources. Arrêtez de dépendre des grosses structures pour vous permettre de vivre, arrêtez de croire que vous devez « gagner votre vie ». Les politiciens, les banques et les coutumes folkloriques de la société ne font pas réellement partie de votre identité. Soit vous comprenez ce message, ou bien vous continuez de croire qu’il faut alimenter le système. Alors dans ce dernier cas, j’ai le regret de vous dire, que vous faites partie du problème.

Auteur : leresidue

C'est le moment de partir ailleurs...

Une réflexion sur « La batterie d’automobile. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s