Ma réflexion sur le phénomène zombie…

Certaines personnes ne sont pas capables de gérer leurs émotions en dehors du cadre et des structures du système. Pour elles, les règles et les conventions dites ‘sociales’ sont essentielles pour savoir ‘comment’ réagir dans telle ou telle situation. Elles ne peuvent tout simplement pas se laisser aller, elles doivent se contrôler, réprimer toute émotion qui ne serait pas conforme avec ce que le système attend d’elles. Elles sont, si je puis dire, complètement dépendantes du système pour savoir comment interagir avec nous…

En retour, le système a besoin d’elles pour se propager, ou à tout-le-moins, se maintenir. Parce que le système n’encourage pas le libre-ressentiment des émotions, les personnes dépendantes accumulent beaucoup de tension en elles. Ces tensions nuisent à leur équilibre psychique, elles se fient alors encore plus au système, qui est en fait la cause de ce déséquilibre. Pire, parce que les personnes ont besoin du système pour ne pas que leurs tensions n’éclatent au grand-jour, elles défendront le système bec-et-ongle contre toute tentative de libération de cette dépendance…

En fait, parce qu’elles dissocient leur gestion de leurs émotions d’avec une absence de règles, si elles croient être hors système, ou si quelqu’un leur fait rappeler que le système est la cause de leur mal-être, les personnes dépendantes se permettront alors de relâcher un peu de leur tension nerveuse envers ces personnes qu’elles jugent anormales du fait que ces personnes leur semblent elles-mêmes ne pas respecter les règles du système quant à ce qui est permis ou pas concernant le ressenti des émotions…

À la base, le système avait été conçu pour permettre aux psychopathes de s’infiltrer dans les sociétés humaines. Le but du système était d’imposer un ensemble de règles arbitraires, permettant aux psychopathes qui suivaient ces règles de passer inaperçu, tout en rendant sujets du système les non-psychopathes. Parce que les non-psychopathes étaient trop investis dans le respect des règles, et parce que pour les psychopathes les règles n’étaient qu’un outil pour asservir, il devient évident par qui et pour qui le système avait été conçu.

Pour être un zombie, il faut dépendre du système pour savoir comment vivre et se comporter. Ça va beaucoup plus loin que la simple dépendance physique. Les zombies ont une dépendance psychique et psychologique envers le système.

Un zombie ne peut pas considérer une réalité hors-balises sans se mettre à ressentir des émotions « illégales ». Si on lui propose une réalité différente, le zombie va trouver des raisons, des justifications pour baliser cette proposition de manière à ce qu’elle ne le perturbe pas.

Les zombies n’aiment pas le doute ou l’incertitude. Pour eux, tout doit avoir un sens, tout doit avoir une direction. C’est soit une chose, ou bien son contraire. Le plus loin que le zombie peut aller dans son approche de l’incertitude, c’est le relativisme. Le relativisme permet au zombie de décider ce qui est vrai ou pas dans certaines situations, et ce dans le but de respecter sa programmation quant à ce qui est permis ou pas de ressentir comme émotions.

J’arrête-là ma réflexion, parce que je suis fatigué et je ne suis plus inspiré à continuer pour le moment. Je met ce texte quand-même sur mon blogue, je vais le continuer plus tard…

37969485_886253008227008_7705067682873212928_n

Nous allons nous réapproprier notre planète. 

37893759_10215387843883405_7652025811725189120_n

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s