Vers la liberté souveraine individuelle…

Il y a deux classes de citoyens dans nos démocraties: il y a les citoyens corporatifs, et puis, il y a les individus. Le système actuel est incapable d’être équitable à la fois envers les citoyens corporatifs ET envers les individus. Ayants plus de ressources que les individus, les citoyens corporatifs peuvent faire valoir auprès des élites dirigeantes leurs intérêts particuliers plus efficacement que ne le peuvent les individus. En fait, parce que les citoyens corporatifs sont moins nombreux et ont des intérêts plus complexes, les élites dirigeantes se concentrent sur l’épanouissement des intérêts particuliers des citoyens corporatifs, mettant au second rang les intérêts particuliers des individus…

La même loi pour tout le monde, c’est injuste et c’est inéquitable.

C’est une démocratie à deux vitesses. D’un côté la société progresse pour développer l’autonomie des citoyens corporatifs. Mais de l’autre, l’autonomie des individus est laissé en second plan. En fait, un individu est considéré comme « autonome » dans la société actuelle, s’il est capable de participer au développement des citoyens corporatifs. Parce que la majorité des individus participent au développement et à l’épanouissement des citoyens corporatifs, ceux-ci peuvent faire valoir auprès des élites dirigeantes que les intérêts particuliers des citoyens corporatifs permettent le maintien de l’autonomie des individus. Parce que les individus sont trop occupés à aider les citoyens corporatifs dans leurs croissance, ils n’ont pas le temps de développer d’autres intérêts particuliers. De fait, un seul type d’autonomie est encouragé dans la société pour les individus, c’est d’aider aux intérêts particuliers des citoyens corporatifs.

Alors, un système à deux vitesses est DÉJÀ en place. Mais de faire l’autruche et de dire que TOUT LE MONDE est égaux face à la LOI, ça c’est hypocrite. Je propose comme progression vers une société plus juste et plus équitable, qu’on traite les individus non pas comme des citoyens corporatifs, mais plutôt comme des êtres humains dotés de raisons et d’intérêts particuliers qui sont légitimes, bien que contraires aux intérêts des citoyens corporatifs.

On sait que la conscience, si elle se situe dans le cerveau, alors les citoyens corporatifs n’ont pas de consciences puisqu’ils n’ont pas de cerveaux. Donc, pour que les citoyens corporatifs puissent s’identifier à leur environnement, ça prend des règles qui leurs permettent de faire « propres » certains éléments de l’environnement.

Mais les individus, eux, n’ont pas besoin de telles règles pour pouvoir s’identifier à leur environnement. En fait, si on applique aux individus des règles conçus pour des citoyens sans cerveaux, les individus, parce qu’ils sont vivants, vont s’adapter à la nouvelles réalité et vont eux-mêmes se mettre à se comporter comme des des citoyens corporatifs sans consciences.

Alors, si des individus sont comme des citoyens corporatifs, mais n’ont pas les mêmes ressources que les citoyens corporatifs, on peut comprendre qu’il y a iniquité. Si des individus doivent se compromettre à ne pas pouvoir développer une autonomie propre parce qu’ils sont trop occupé à servir des citoyens corporatifs, il y a là aussi iniquité. Et si des individus sont brimés dans leurs développements parce que leurs intérêts particuliers sont mis au second plan par rapport à ceux des citoyens corporatifs, il y a là encore, iniquité.

En fait, un système légal qui privilégie un type de citoyen au dépends d’un autre type de citoyen, c’est un système légal qui est injuste, et inéquitable. Alors faudra comprendre que les individus n’ont pas de libertés qui leurs sont propres, tandis que les citoyens corporatifs ont leurs propres libertés.

Alors si ce qui est souhaitable c’est que les individus ne soient libre QUE dans leurs têtes, alors il faut le dire MAINTENANT pour éviter à tout le monde de perdre leur temps. Comme ça, les individus pourront récupérer leur souveraineté matérielle d’une manière ou d’une autre. Parce que les citoyens corporatifs, eux, ne s’identifient pas au mot « liberté », mais que vous les élites dirigeantes vous donnez à ces citoyens corporatifs des libertés qui feraient rêver plusieurs individus. Je dois conclure que vous nous menez en bateau, et j’en ai la nausée.

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s