Et si la démocratie n’était qu’une farce?

« Allez, Manu, fais ta crotte …On ne va pas y passer la journée, il y a des grandes personnes qui viennent dîner…Je ne voudrai pas que tu les incommodes avec tes petits besoins… » – Anonyme

La ‘démocratie’ peut se faire définir de manière très succincte : C’est une forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté appartient au peuple.

La définition de ‘peuple’, toutefois, est un peu plus ambiguë : soit c’est un ensemble d’êtres humains vivant en société, formant une communauté culturelle, et ayant en partie une origine commune. Ou bien, c’est : l’ensemble des personnes soumises aux mêmes lois et qui forment une nation!

Et la définition de ‘souveraineté’ : autorité suprême d’un souverain ou d’une nation. Ou bien : caractère d’un État qui n’est soumis à aucun autre État!

La définition de ‘nationalité’ que j’ai trouvé : groupe humain uni par une communauté de territoire, de langue, de traditions, d’aspirations, et qui maintient ou revendique son existence en tant que nation.

Et là je ne vous apprend rien si je vous dit que le ‘nationalisme’ a aussi plus d’une définition. Mais la première définition que j’ai trouvé, est : doctrine, mouvement politique qui revendique pour une nationalité le droit de former une nation.

Et pour terminer, la deuxième définition du mot ‘nation’ que j’ai trouvé : communauté politique établie sur un territoire défini, et personnifiée par une autorité souveraine.

Donc, si une démocratie c’est une forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté appartient au peuple, alors, qui est le peuple?

Est-ce que le peuple c’est un ensemble d’êtres humains vivant en société, formant une communauté culturelle, et ayant en partie une origine commune?

Ou bien, le peuple serait tout simplement l’ensemble des personnes soumises aux mêmes lois?

Parce que si un peuple est la deuxième définition, alors il suffirait que tout le monde se soumettent aux mêmes lois, pour en faire un peuple unique. Techniquement, ça resterait une ‘démocratie’, parce la soumission serait ‘volontaire’, et que ce peuple serait une ‘nation’ qui serait l’autorité suprême. Mais si le ‘peuple’ se soumet aux mêmes lois, ça ne signifie pas que ces lois soient le fruit de la souveraineté de la ‘nation’, ça ne signifie pas que le ‘peuple’ avait le choix des lois envers lesquelles il devait se soumettre, ni le choix de faire ses propres lois…

La seconde définition de ‘souveraineté’ nous dit que pour être souverain, une État ne doit pas être soumis à un autre État. Nous savons que dans nos ‘démocraties’, nos ‘chefs’ font parfois des pactes commerciaux, pour faciliter les échanges économiques. Peut-on dire alors que nos États se soumettent alors aux mêmes ‘lois’?

La définition de ‘populisme’ que j’ai trouvé : discours politique s’adressant aux classes populaires, fondé sur la critique du système et de ses représentants.

Ça c’est curieux. Je n’avais pas encore rencontré le mot ‘système’ dans les précédentes définitions. La démocratie c’est une ‘forme’ de gouvernement, et non pas un ‘système’. Un peuple, ce n’est pas un ‘système’. Un nation non plus, ce n’est pas une ‘système’. Alors, un ‘système’, c’est quoi?

Définition du mot ‘système’ : ensemble de pratiques organisées en fonction d’un but.

Nous ne pouvons pas nier que nous sommes actuellement dans un système politique. Alors, c’est quoi le but de ce système-là? Imposer la ‘démocratie’ dans le monde entier?

Mais dans quel but veulent-ils que le monde entier soit démocratique? Pour faciliter les échanges commerciaux?

Mais pourquoi le but d’un tel système planétaire serait uniquement la facilitation des échanges commerciaux? Et si le but réel était un gouvernement mondial avec une seule nation et un seul ensemble de lois?

Et voilà!

Si tout le monde devient pareil, il n’y aura plus de démocratie. Parce que si tout le monde est pareil, plus besoin de maintenir en place un système où c’est la ‘population’ qui décide. Et la ‘population’ sera d’accord, parce que si tout le monde est pareil, alors tout le monde va penser de la même manière, avoir les mêmes désirs, et la même culture. Mais pour tuer la démocratie, il faut tuer les différences qui font qu’un peuple est un peuple, et pas un autre peuple.

Donc, et si on créait un nouveau système, un système dans laquelle les démocraties ne peuvent pas mourir?

Pour cela, il faudra développer le nationalisme. En retour, le nationalisme permettra à des populations de se définir selon une nationalité propre. L’existence de plus en plus de nations va permettre la multiplication des souverainetés, qui espérons-le, seront ou resteront démocratiques.

Mais là, une question cruciale : si on peut tenir un discours politique qui s’adresse aux classes populaires, plutôt qu’à l’ensemble de la nation, peut-on dire que ces ‘classes populaires’ forment un peuple différent du reste de cette ‘nation’?

Si une nation est morcelée en différentes classes sociales, ces différentes classes font-elles pour autant partie d’une même communauté culturelle? Ces différentes classes sociales se fréquentent-elles entre-elles, vivant dans la même société?

Voilà. Le problème actuel c’est que les dirigeants des dirigeants ont fait fortune en fomentant des guerres dans le monde entier. Ils aimeraient désormais faire fortune d’une manière plus noble. Alors ils se sont dit : « empêchons-nous de faire des guerres! » Parce que les guerres naissaient des conflits alimentés artificiellement, l’idée maintenant c’est d’empêcher tout conflit de subvenir. La brillante idée des dirigeants des dirigeants, c’est de faire que tout le monde soit différemment pareils : toute différence est acceptable et accepté, et tout le monde est différent. Ça va faire une nation unique, mais qui sera toujours exploitée.

Et l’exploitation d’une nation par qui que ce soit, même par elle-même, ce n’est pas de la démocratie!

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

3 réflexions sur « Et si la démocratie n’était qu’une farce? »

    1. Pour avoir le choix, il faut d’abord se déprogrammer de la ‘matrice’, c’est-à-dire, voir les choses comme elles le sont en réalité. Et la réalité, c’est que pour qu’autant d’êtres humains puissent vivre sans violence sur cette planète, il faut un but commun. Le problème, c’est que le but que les dirigeants des dirigeants nous propose, c’est la dualité exploiteur/exploité.

      Je pense qu’avec comme but, aucun exploiteur et aucun exploité, la planète Terre et tous ses habitants (ce qui inclut les êtres humains) vivraient en harmonie sans violence.

      Mais ce but est contraire à celui des dirigeants de nos dirigeants. Alors comment faire? Voter ne sert à rien, la violence ne sert à rien, la passivité ne sert à rien. Il faut se rendre à l’évidence que la dualité (exploiteur/exploité) et la dualité (aucun exploiteur/aucun exploité) ne peuvent pas cohabiter en harmonie. Peut-être au minimum, deux nations distinctes?

      En tout cas, moi je n’y crois pas à un Québec indépendant si c’est pour signer des accords commerciaux débiles avec d’autres nations. Parce que le but de l’économie, c’est l’exploitation, et pour faire des économies sur le dos des autres et de la planète Terre, il faut être un exploiteur.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s