Avoir raison d’avoir tort (ou le délire des barboteux)…

Introduction…

Au fil des décennies, les barboteux ont conçu une dialectique délirante dans le but inavouable de s’approprier le libre-arbitre de la populace. Parce que les barboteux ne s’activent uniquement que lorsqu’ils sont en présence du verbe ‘avoir’, l’ambition leur est venue de vouloir s’approprier l’esprit des humains. Mais pour ce faire, les barboteux devaient redéfinir tous les concepts abstraits qui agissaient comme guides auprès des dits-humains. La volonté féroce des barboteux à vouloir être des dieux guides auprès de la marchandise humaine leur ont permis de justifier l’aventure de la conception d’une dialectique sans valeur, mais dont le rendement est immense. Ce paradoxe incongru (que quelque chose sans valeur puisse avoir de la valeur) est, encore aujourd’hui, une source de tourments pour nombre de barboteux. On dit même que certains barboteux ont sombré dans une folie indescriptible. Le but de ce texte, c’est d’expliquer la méthode qu’utilisent les barboteux depuis des lustres pour nous enfariner dans leur dogme pyramidal débile.

Pour les barboteux, avoir une raison pour faire quelque chose, c’est suffisant pour justifier la chose faite. Avoir plus d’une raison pour faire une chose, alors c’est doublement justifiable. Avoir plein de raisons pour faire quelque chose, alors c’est doubleplussement justifiable…vous avec compris le principe. La raison pourquoi les barboteux pensent comme cela, moi je la connais, et je vais vous le dire : pour eux, c’est la quantité qui compte, plutôt que la qualité, parce que lorsqu’ils ont fait un pacte avec le Grand Satin, celui-ci s’est fourvoyé. Voilà, au fond, toute l’histoire!

Les barboteux ont tellement peur du Grand Satin, qu’ils ne veulent plus le revoir. Alors, n’importe quoi pour fourrer le puits de la source minable, les barboteux se l’approprieront et l’utiliseront. Et si ça veut dire de détruire Mère Gaïa pour se faire, les barboteux le feront!

Maintenant, je vais vous parler de la dialectique délirante des barboteux…

Pour les barboteux, il faut tout diviser, parce que plus c’est moulu, plus ça rentre facilement dans le puits. Ce n’est pas une blague, les barboteux tentent réellement d’enfariner le Grand Satin. Les barboteux ont tellement peur de ce que l’avenir leur réserve, qu’ils se sont fiés à la philosophie imbuvable de Georg Wilhelm Friedrich Hegel. Je ne suis pas un expert en la matière, mais ce dont je comprend du hegelisme, c’est que c’est une version superstitieuse de la combinatoire de Gottfried Wilhelm Leibniz. Pour Hegel, la liberté c’est d’avoir raison, et avoir raison, c’est d’être libre. On ne peut pas passer outre ce qui s’est produit, pour produire ensuite la suite des choses. Mais tout ça ne doit pas se poser dans une optique fataliste, car le hegelisme permet la « respiration » dans l’inéluctable marche du destin… Là, ça devient sérieux. Le fameux puits de la source minable, peut se subdiviser à l’infini. S’il y a des puits à l’infini, qu’il faut fourrer à l’infini, comment faire?

Avec la dialectique délirante des barboteux! Pour imposer l’infini en toute chose, il faut beaucoup créer. Parce que les barboteux sont soumis à la débile pyramide, ça prend un système habile et démocratique pour invoquer l’énergie créatrice. Ce système pourra être appris par tous les barboteux, aussi débiles soient-ils. Le tout commence par la contradiction, et se termine par le compromis.

En premier : la contradiction.

À chaque énoncé, le barboteux va dire l’inverse (en général, ça commence par la mise en question de l’énoncé). Ça permet au contradicteur de prétendre au conflit. Le contredit passe alors par toute une gamme d’émotions, qui portent atteinte à sa sérénité.

En second : l’humiliation.

Le contradicteur laisse le contredit se débattre avec lui-même. Le but c’est que le contredit réfléchisse à voix haute, pour éviter au contradicteur de dépenser inutilement son précieux jus mental.

En troisième : la négociation.

Le contradicteur feint la compassion. Il tente facticement d’aider le contredit dans ce conflit inventé de toutes pièces. Le but ici c’est d’amener le contredit à admettre sa faute imaginaire.

Et en dernier : le compromis.

Pour qu’il y ait compromission, il faut que le contradicteur laisse le contredit proposer une version modifiée de l’énoncé de départ. N’oublions pas que l’énoncé de départ, c’est ça qui a été exploité par le contradicteur pour contredire l’énonciateur, qui dès lors, devient le contredit.

En conclusion…

La dialectique délirante des barboteux peut être exploitée à tous les niveaux, envers toutes les personnes, pour n’importe quelle raison. Le but c’est d’instaurer une confusion permanente où la tentation même de l’énonciateur à vouloir contredire le statu quo sera auto-réprimée, de peur de se voir accusé d’être un psychopathe populaire anti-multilatéralisme.

Le principe derrière cette dialectique, c’est l’inversion de tous les concepts abstraits. La réalité devient ainsi quelque chose de bizarre, d’incohérent, et de chaotique. Faut pas se le cacher, les puissants sont puissants. Je ne prétend pas que le texte que j’aie écrit soit la pure vérité, mais en même temps, c’est quoi la vérité dans un monde où le mensonge fait tout fonctionner?

Parce que c’est clair que sans harmonie en toutes choses, tout finit par disparaître. Les compromis demandés pour harmoniser de faux conflits avec la paix innée de la Nature, c’est un abus pur et simple de la bienveillance de la vie envers la mort. Alors, pourquoi la vie devrait continuer d’être bienveillante envers la mort? Pour que les barboteux puissent continuer de saccager la Terre?

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s