Ce que j’en pense des gentils et des méchants.

Je ne crois pas qu’il y ait d’un côté, les gentils, et de l’autre, les méchants. Je ne crois pas que tout le monde est gentil et devraient tous et toutes vivre ensemble en harmonie. Je ne crois pas non plus que les méchants sont les méchants, et que tout ce qu’ils feront dans la vie sera désordre et destruction.

Je crois que ce qui peut sembler gentil pour un groupe, semblera méchant pour un autre groupe, et vice versa. Mais je ne crois pas que des groupes de personnes sont soit gentils, soit méchants. La sociabilité en tant que telle n’est pas mieux ou plus vertueux que de simplement s’associer pour des intérêts communs.

Je ne crois pas qu’il y ait dans notre univers, un ensemble de valeurs morales indéniables qui permet en tout temps de trier le bon grain de l’ivraie. Je crois que chaque personne qui existe a sa place, parce que sinon elle n’existerait pas.

Je ne crois pas que tous ceux qui font de mauvaises choses le font exprès, et je ne crois pas que tous ceux qui font de bonnes choses le font pour des raisons désintéressés.

Ce que je crois, c’est qu’une personne devrait faire partie du groupe dans lequel elle se sent le mieux, dépendamment des compromis que cette personne est en mesure de faire. Une société, ce n’est pas un groupe, une société, c’est un ensemble de groupes qui peuvent se chevaucher les uns et les autres. C’est à la société de faire des compromis pour que les groupes puissent chacun exister et faire prospérer leurs membres.

Des exemples :

Une hyène avec un lion. Pas de problème si les deux vivent en harmonie. Mais si le lion se met à attaquer la hyène, et la mange, alors le groupe s’éteint. C’est pour cela, que dans la nature, les lions restent entre-eux, et les hyènes vivent ensembles. Même chose pour les loups, ou les humains. Un prédateur ce n’est pas quelque chose de méchant, et une proie ce n’est pas quelque chose de gentil. La proie des uns peut devenir le prédateur des autres. Et l’inverse est aussi vrai.

Un politicien malhonnête et une société juste. Ce n’est pas aux différents groupes de la société juste, ni même à cette société, d’assumer l’existence comportemental de ce politicien inutile. Je ne dis pas que la vie de cette personne est inutile. Mais faire de la politique, pour soit plutôt que pour tout le monde, ce n’est pas une politique acceptable…

Qui sommes-nous pour décider que le politicien est malhonnête? Si ce qu’il fait, c’est de faire passer ses intérêts personnels avant ceux de la population, ce n’est pas parce que c’est un méchant, c’est simplement qu’il ne se trouve pas dans le bon groupe de personnes. Si le politicien fait semblant d’avoir à cœur les intérêts des autres, alors que ce n’est pas vrai, ça ne fait pas nécessairement de lui un hypocrite, mais plutôt, un prédateur. Les loups avec les loups, les hyènes avec les hyènes, et quand le politicien sera tanné, qu’il aura compris sa leçon, alors il progressera et se trouvera un nouveau groupe.

La solution…

Je crois que la solution de tout cela, c’est de s’associer en groupes pour lesquels nous nous sentons des affinités, dans lesquels nous pouvons progresser et apprendre.

Mais dans un groupe où tout le monde est pareil et veulent les mêmes choses, c’est probable qu’ils se comporteront comme des prédateurs. Et un groupe où le point majeur d’association est une vulnérabilité, c’est probable que ce groupe sera vulnérable.

Alors, la solution, c’est l’amour. Associez-vous avec ceux que vous aimez. Et ceux qui n’aiment personnes finiront par disparaître. Une société aimante c’est une société où veulent vivre des personnes qui peuvent y contribuer. Une société prospère est une société où veulent vivre des personnes qui peuvent en profiter. Et une société violent est une société où veulent vivre des personnes qui veulent se défouler. Mais dans la société humaine, il n’y a pas de choix. On y est ou on n’y est pas.

Je ne crois pas que punir serve à grand-chose. Soit la personne peut apprendre de ses mauvais comportements, soit elle ne peut pas. Si elle n’est pas capable de changer, alors qui sommes-nous pour dire que c’est une ‘mauvaise’ personne? Il y aura probablement un groupe par le monde qui saura l’accueillir? Mais si ce n’est pas le cas, ou que le groupe n’est pas trouvé, alors c’est raisonnable entre-temps d’empêcher cette personne de nuire à son ancien groupe.

Mais parfois, le besoin de vengeance se fait trop fort. Je ne dis pas que c’est nécessairement mal de se venger, mais si vous vous venger auprès de la mauvaise personne, alors vous aurez vous-même commis une mauvaise action pour laquelle une autre personne pourra se venger auprès de vous. Et puis, la vengeance est un sentiment intense qui vous empêche de voir juste. Si vraiment vous croyez à la justice, alors, pensez de manière très imaginative, et n’oubliez pas. Mais ne vous vengez pas, si vous ne voulez pas vous faire punir à votre tour. La vengeance est un cercle vicieux.

Auteur : leresidue

Découvreur d'humanité (ouais, super prétentieux ^^ )

5 réflexions sur « Ce que j’en pense des gentils et des méchants. »

  1. moi je crois que pour connaitre un état, il faut que l’autre existe .. par exemple .. la noirceur est une absence de lumière .. sans avoir la lumière on ne verrais que la noirceur .. même chose pour les gentils et les méchants etc

    Aimé par 2 personnes

  2. Oui, tout ce qui monte redescend. Mais la réalité sur cette planète est trop chaotique pour que les méchants puissent servir d’exemple facile à ne pas suivre. Il y a aussi des compromis à faire. Par exemple, la nuit, dans ma chambre si la lumière n’est pas ouverte, je ne l’ouvre pas pour ne pas réveiller mon père. Mais si je ne fais pas attention, je peux me cogner, et ça risque de le réveiller.
    En physique, il y a le phénomène de résonance. Des ondes similaires vont s’associer pour emmagasiner plus d’énergie, et des ondes qui ne sont pas similaires vont se disperser. Au niveau humain, c’est plus compliqué, parce qu’un être vivant c’est beaucoup plus que l’ensemble des ondes qui le composent.
    Il y a différents aspects à la réalité, et pour chaque aspect, il y a différentes réalités. Chacun est unique.

    Aimé par 1 personne

  3. Grande question aux ramifications infinies. Aimer ce que fait un groupe ne signifie pas que le groupe va aimer l’individu qui veut en faire partie.
    Même si un train va dans une seule direction, il rassemble de multiples individus possédant chacun leur propre façon d’opérer et leur propre façon de voir et de vivre.

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.