Agrandir le rayon…

Le continuum espace-temps est facile à percevoir. Il y a d’abord le présent, qui est instantané. Il y a le passé, qui est de plus en plus loin. Et il y a le futur, qui se rapproche du présent de plus en plus rapidement. Et puis, il y a la conscience humaine, qui elle sert à se propager dans ce continuum espace-temps.

La conscience humaine peut être résumée ainsi : D’abord, elle est au présent, c’est là qu’elle prend des décisions. Puis elle est au passé, pour aller puiser des informations qui l’aideront à vivre au présent. Et à la fin, elle imagine le futur, pour lui permettre de se guider dans ses décisions.

La conscience au présent utilise la partie rationnelle. La conscience au passé utilise la partie émotionnelle. Et la conscience au futur utilise la partie spirituelle.

Si le présent devient émotionnel, et le passé, rationnel, alors le spirituel n’est plus dans le décor, et la conscience humaine ne peut plus se propager dans le continuum espace-temps.

Le passé n’a pas à être rationnel, puisque le passé c’est le passé et on ne peut pas le changer. Il n’y a donc pas de raison à vouloir rendre le passé juste et rationnel.

Le présent n’a pas à être émotionnel, puisque le présent est instantané, et que les émotions sont un piètre guide pour prendre des décisions.

Le futur doit être spirituel. Parce que l’anticipation d’un futur souhaitable c’est ce qui nourrit les décisions prisent au présent. Un présent rationnel peut faire le tri entre les émotions du passé. Le passé émotionnel permet de mieux se souvenir des actions d’autrefois.

Pour redonner au futur, sa spiritualité, il faut rétablir l’imagination comme source d’espoir et de progrès. Un présent émotionnel ne fait pas la différence entre un passé imaginé et un futur rationnel. On peut aussi dire que si le présent est émotionnel, alors il n’y aucune garantie d’aucune sorte que le futur sera rationnel. Un passé rationnel, quant à lui, ne peut ni soutenir le présent, ni le futur.

Pour redonner au présent, sa rationalité, il faut se donner les raisons de ses décisions. Pour cela, il faut réapprendre à anticiper les conséquences de ses actes et actions. La capacité à anticiper et à prendre des décisions en conséquence, ça se nomme, la responsabilité.

Le passé doit être émotionnel. En se souvenant de ses états émotionnels du passé, on s’assure de préférer des activités qui pourront nous faire du bien. On ne peut pas changer le passé, alors il ne faut pas se contraindre à le reproduire.

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s