La pluricratie.

Dans la pluricratie, l’élite c’est la diversité, ou la diversité c’est l’élite…

Dans nos belles démocraties, l’élite sont ceux qui se font élire. Pour se faire élire, il faut bien paraître, avoir un beau discours, et penser ou concevoir les choses de manières conventionnelles, ou consensuelles. Mais pour bien paraître, avoir de beaux discours, et penser les choses de manière à ne pas bousculer le plus grand nombre, il faut déjà avoir eue une bonne éducation. D’après moi, c’est surtout le milieu dans lequel baigne la personne durant son enfance, qui fait ou non qu’elle aura eue une bonne éducation. Parfois c’est un coup de chance, mais souvent ce n’en est pas. Les élites dans nos sociétés, sont en général des personnes bien en vue, qui n’auront pas passés leur vie à travailler dans une usine ou une manufacture…

Là où ça pose problème, c’est que les élites, sans le vouloir, perpétuent ce système dans lequel les choses ne changent pas. Parce qu’ils se croient importants, ils se disent que c’est à cause de leurs qualités s’ils ont le pouvoir. Ils se disent que s’ils ont réussis dans la vie, c’est parce qu’ils ont eu une bonne éducation, ou un peu de chance. C’est peut-être vrai, mais c’est peut-être aussi le cas, que nos élites ne souhaitent pas changer la dynamique de pouvoir, dans nos sociétés. Peut-être qu’ils ont de grandes visions, mais ne peuvent pas nous les communiquer de manière satisfaisante. Peut-être que les élites actuelles ne peuvent pas changer les choses. Peut-être, que les élites actuelles n’ont pas le pouvoir de nous élever à leur niveau. Peut-être même, qu’ils ne souhaitent même pas…

Là où j’en veux venir, c’est qu’un système de dynamique de pouvoir qui récompense une minorité, est un système où la minorité ne souhaite pas que le système change. Ce genre de système est très bon pour convaincre n’importe quelle élite, que c’est comme cela que les choses doivent être. Le problème, c’est que le système actuelle s’est mis à prendre des décisions à la place de nos élites. C’est comme si il n’y avait plus aucun imprévus, comme si tout était tracé d’avance, que tout le monde savait où nous nous en allons tous. On peut choisir qui nous représente, mais nos représentants seront toujours un peu du pareil au même…

Le problème qui s’en vient, c’est que dans un futur plus ou moins proche, je crois que les choses deviendront de plus en plus imprévisibles. Qui dit imprévisibilité, dit problèmes. Aussi éduqués que puissent être nos élites, ils ne seront pas capables de prendre des décisions convenables face à toutes les imprévus. Pire, ils ne pourront pas faire respecter les décisions prises, parce qu’ils ne sauront pas comment nous communiquer leurs solutions de manière à se faire comprendre. Leur éducation ne les aura pas préparé à ce qui peut possiblement advenir bientôt. Autrement dit, nos élites ne seront plus du tout les meilleurs de notre société, mais continuerons de nous diriger. Pendant un certain temps, les beaux discours, la pensée consensuelle, et une apparence de manière conventionnelle de faire les choses, donnera l’illusion que tout est sous contrôle…

Le vrai problème, c’est que nous sommes trop nombreux, trop diversifiés, et de plus en plus ingérables par une simple minorité aussi élite qu’elle puisse l’être. Et là, je ne parle pas de spécialisation, je parle de diversification de l’expérience humaine. Une expérience humaine diversifié apporte son lot d’imprévisibilité. Et qui dit imprévisibilité, dit problèmes inédits…

Alors, la solution passe d’abord par l’éveil des électeurs. Ensuite, il faut reconnaître qu’il y a de plus en plus d’anachronismes entre ce qui nous est permis, ce qui est toléré, et ce que nous voudrions faire si nous le pouvions.

Ensuite, il faut reconnaître que si c’est vrai que nous n’avons qu’une vie et qu’il ne faut pas la gaspiller, alors de travailler toute sa vie pour pouvoir un jour se payer une bonne retraite, ce n’est pas ce que souhaite de plus en plus d’électeurs…

Mais qui sont les électeurs? Les électeurs sont le peuple. Et puisqu’en démocratie c’est peuple qui a le pouvoir, et parce que notre peuple est constitué de personnes de plus en plus diverses qui vivent chacun leurs propres problématiques, il faut alors reconnaître que le peuple, désormais est l’élite de sa propre vie.

La pluricratie c’est de laisser à chaque groupe d’électeurs la liberté de prendre leurs propres décisions pour trouver leurs propres solutions à leurs propres problématiques.

Mon exemple personnel : j’aime l’informatique, mais j’ai peur d’oser exprimer mon potentiel créatif. Je ne suis pas un hacker, je ne crée pas de virus ou de chevaux de Troie. Ma problématique c’est que je ne peux pas créer comme je le veux, parce que j’ai peur d’empiéter sur la ‘propriété intellectuelle’ de quelqu’un d’autre. De mon point de vue, c’est très probable que je puisse violer des brevets sans le vouloir. Je n’ai pas étudié l’informatique à l’université, je n’ai pas une pensée conventionnelle ou consensuelle sur la manière de programmer des algorithmes pour solutionner des problèmes que j’aurai identifié. Pour moi la programmation ce n’est pas quelque chose de simplement utilitaire. Je vois dans l’informatique quelque chose d’artistique qui plaît à mes sens, mais je sais que ce n’est pas le cas pour la majorité des électeurs. Pour moi un ordinateur ce n’est pas simplement un outil. J’aimerais avoir le droit de créer tous les logiciels que je veux. Je ne veux pas réutiliser le code source écrit pas d’autres, mais la simple problématique des ‘brevets d’inventions’ me gène beaucoup à m’exprimer par la voie des algorithmes et des interfaces.

Là où je veux finalement en venir, c’est que je ne souhaite aux autres mes problèmes, mais je ne crois pas avoir mon mot à dire sur comment eux gèrent leurs propres problèmes. La pire chose qui puisse être fait, c’est de nier les problèmes des autres sous prétexte qu’on en est pas affecté en particulier. Donc, pourquoi la société ferait une exception pour moi, pour vous personnellement, ou pour quiconque? Pourquoi les élites se préoccuperaient des problèmes particuliers de chaque électeur?

Pourquoi moi je me préoccuperais des problèmes de mes élites? Mais sont-ils mes élites au juste? Non, parce que les élites d’un groupe ne sont pas les mêmes que les élites d’un autre groupe. Dans le fond, tout le monde est pareil. Une majorité n’a pas à décider de tout et de n’importe quoi, en particulier si le seul rêve de cette majorité, c’est faire perdurer leur mode de vie particulier ad vitam æternam.

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Une réflexion sur « La pluricratie. »

  1. Artiste-philosophe-informaticien-punk-anarchiste-inclassable? … ou pas. Crainte (peur??) d’empiéter sur la propriété intellectuelle? Bof. Si tu te positionnes comme artiste, pas de vol possible, pas de plagiat, mais ta propre expression artistique, libre et personnelle.
    Coté élite, je vais pas dire que j’ai la nostalgie de la guillotine… quoi que…faudrait voir si le bois n’est pas trop mité et si la lame nécessite un aiguisage… (je plaisaaaaaante. ou pas?) Allez, je préfère me dire que l’Amour vaincra (vaincra quoi? la corruption? les idéologies dominantes? la connerie universelle, la mienne y compris? l’avenir nous le dira ou continuera de se taire…)
    Chouette article!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s