Comment labourer le champ culturel?

Comment labourer le champ culturel?

Introduction.

La culture, chez l’humain, est beaucoup plus formatrice que sa génétique. D’où je suis, au Québec, il y a plein de sortes de mondes, plein de sortes de cultures. Le Québec démontre, qu’un État, même provincial, peut soutenir des personnes de différents horizons génétiques. L’État doit seulement démontrer de la tolérance pour les divers cultures dont sont issues ses adeptes (je nomme nos citoyens, des adeptes de la culture de type État-Nation, telle que fondé par nos amis Français il y a déjà plein de temps de cela).

La culture influence nos gènes plus que nos gènes influencent la culture. Tout comme , dans l’ancien temps, quand nous aimions beaucoup de diversité dans les aliments simples de Gaïa pour nous permettre de développer beaucoup de diversité génétique humaine.

La diversité est un moyen de se divertir du poids de l’unicité. Une cité humaine, c’est unique. Faut bien reconnaître ça, la normalité physique permet une codépendance en la prévisibilité des conséquences de nos actions, et la possibilité de remédier à nos erreurs physiques. Donc, le canevas génétique humain est un bon moyen de transport pour nos corps éthériques (même si je sais que c’est un peu dingue, héhé).

La diversité culturelle permet de diversifier notre éther paranormal (à retravailler).

Comment créer son champ culturel personnel.

Ayez de l’imagination. Ayez de l’audace et surtout, n’ayez pas la peur du ridicule. Tout est permis, ou presque, dans la culture, pour le moment.

Par exemple, faites un dessin de bonhomme allumette. Si vous avez du talent, ça ressemblera à du Picasso. Ensuite, racontez son histoire sur une feuille de papier, de ce foutu bonhomme allumette. Vous n’avez peut-être pas le talent d’un Stephen King, et c’est très bien comme cela.

Une fois que la graine a germé, vous devez le planter. Plantez votre bonhomme allumette, pour qu’il soit à la vue de la lumière éthérique humaine (ça, ça veut dire que vous devez montrer votre création à tout le monde, et ce même si vous en avez honte).

Prochaine étape, la repousse. Chaque personnes de votre groupe humain devrait avoir la permission de copier (oui, je gros mot) votre création culturelle, et en faire ses propres repousses. Oubliez ça, les droits « d’auteur ». Vous n’êtes pas (encore) un artiste, si vous penser que vous allez faire fortune avec votre bonhomme allumette, désolé, mais vous n’êtes pas Picasso.

Vous avez créé votre premier pot de bonhomme planté (faudra vous y habituer à ce genre de chose, le cannabis sera légal au Canada dans quelques temps (hé non, moi je ne me drogue pas, et ne me droguerai pas (en passant, Canada et Cannabis, une bonne idée d’histoire) ) ).

Labourer le champ culturel.

Labourer provient du mot labeur, qui veut dire travail. Un champ permet une émergence de structures imprévues. La culture est l’imprévu de notre maîtrise de la notion de ‘technologie’. Une technologie permet de sauver beaucoup de labeur. En retour, cette économie nous permet de nous approcher de l’unicité sans trop de douleur.

Moi je vois le corps humain comme une technologie de l’éther métanormal (oui, j’ai fait du beau travail). La technologie humaine nous permets de sauver du temps. Par exemple, si j’étais pas qui je suis présentement, le temps que ça me demanderait pour le devenir, je crois que je serais devenu fou au passage. La théorie de l’évolution est un fruit d’un champ culturel. Si ça n’avait pas émergé, la phrase précédente n’aurait pas été écrite. Ou bien, il aurait fallu que je fasse pousser l’idée, comme je fais pousser l’idée maintenant du champ culturel, qui est une émergence éthérique capté par mon véhicule humain, qui lui est une technologie me permettant de sauver du temps.

C’est clair pour moi, que ce texte a un corps abstrait dans le disque dur de mon ordinateur…

Un ordinateur est une technologie culturelle qui fonctionne avec des 1 et des 0. Un ordinateur peut simuler un univers entier, mais ça lui demanderait beaucoup de temps. Un univers entier simulé par un ordinateur va devoir lui aussi contenir un ordinateur qui simule un univers entier, parce que sinon ça ne serait pas vrai que l’ordinateur du début puisse simuler un univers entier, étant lui-même simulé par l’univers qui est, lui, une sorte d’ordinateur. Ce paradoxe se nomme le problème de l’indécidabilité de Church-Turing.

Je vais aller droit au but, le problème de l’indécidabilité est la preuve que nous ne pouvons pas voyager du futur vers le passé (parce que l’inverse c’est possible, demandez donc au vieux Einstein).

Un fichier dans un ordinateur, stocke des bits de données. Un bit, c’est 1 ou 0. Pour sauver du temps, les bits sont stockés par le système d’exploitation en série de huit bits. Donc, 00000000 est 0, et 11111111 est 255. Changer des bits, et vous pourrez générer tous les nombres possibles entre 0 et 255.

Un texte informatique, c’est une série de caractères, et chaque caractère est inscrit dans une table, qui se nomme fonte (ou police) de caractères. Les caractères sont des numéros, et dans l’ancien temps, dans une police de caractères informatiques, il n’y avait seulement de la place pour 256 caractères (je me trompe peut-être).

Où je veux en venir, c’est que puisque ce sont des nombres qui sont dans des fichiers textes, et un ordinateur ça peut générer tous les nombres, alors un ordinateur qui générerait tous les fichiers textes de toutes les longueurs possibles, serait en mesure de connaître le futur. Parce que notre futur jusque dans les moindres détails serait écrit dans un des nombreux textes générés par l’ordinateur.

La preuve.

Au niveau mathématique, il est dit que le nombre Pi est transcendantal. Ça, ça veut dire que toutes les séquences de nombres finies sont dans Pi. Et puis? Ben, ça veut dire, que mathématiquement, les informations binaires ne peuvent ni être créées, ni détruites. Que si un jour, et ça va arriver, quelqu’un d’assez futé réussi à générer le nombre Pi au complet, cette personne sera omnisciente de notre réalité. L’omniscience est d’après moi, un synonyme de l’omniprésence. Cette personne sera-t-elle omnipotente? Ben oui, si elle change un bit de Pi!

De quossé, là?

Vous avez les outils pour passer outre la domination féodale culturelle de notre élite non élue. Le chaos culturel, ça vous dirait?

Je ne dis pas de distribuer illégalement des permutations déjà appropriés par quelques uns, mais je dis, que si vous trouvez un bonhomme allumette dans une série de décimale de Pi, c’est que Dieu a de l’humour. Imaginez la suite! Le gouvernement vous empêche de montrer votre découverte, parce qu’un simple bonhomme allumette pourrait mettre le feu à notre matrice d’illusions.

Réalisons que la fiction est notre aliment spirituel, réalisons notre fiction terrestre.

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Une réflexion sur « Comment labourer le champ culturel? »

  1. moi c’est ce que j’aime la diversités des gens, j’ai toujours dit mes enfants que si jamais ils avaient un conjoint, conjointe étrangers je trouverais génial de varier les gènes 😉 j’ai une petite fille qui d’un père latino-italien +québecoise, bon cela n’a pas fonctionner avec le père mais cet enfant me fait rèver avec ces ancêtres mayas. Et mon fils qui est avec une japonais et vivent a Montréal dans leur deux cultures avec une magnifique petite fille

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s