L’Oracle de Montréal (partie 1)

Le rôle d’une religion est de retarder l’impulsion décisionnelle. Le rôle d’une religion puissante est de retarder l’impulsion décisionnelle suffisamment longtemps pour pouvoir accumuler suffisamment de puissance. Une impulsion décisionnelle suffisamment puissante est capable de changer les paradigmes constituants de la réalité. Une fois que la réalité a changé ses paradigmes, de nouvelles religions doivent alors voir le jour. Parce que sinon, il n’y aura plus jamais d’impulsions décisionnelles suffisamment puissantes pour changer les paradigmes. Et la religion du temps aura alors trop de puissance.

D’abord, il faut savoir que les trois dimensions spatiales ne sont qu’un consensus. L’instrument humain n’est que la fourmi de ce monde réel. L’instrument humain ne peut pas réellement penser l’hyperalité. Et l’hyperalité c’est ce qui englobe la réalité, mais sans vraiment l’affecter directement. Parce que pour être affecté par l’hyperalité, il faut pouvoir la percevoir. L’instrument humain n’ayant pas encore fait consensus de ce fait, il ne peut pas consciemment agir sur l’hyperalité. De ça, on peut dire qu’il y a une isolation entre le réel, et l’hyperéel.

Le but avoué de ce livre est de tenter de trouver un passage entre notre réalité consensuel, et cet hyperalité imaginée. Est-ce que oui on non une religion permettrait d’atteindre l’hyperalité? Est-ce que oui ou non la réalité est suffisamment satisfaisante? Oui ou non devons-nous nous contenter de si peu? Et plein d’autres questions surgiront au cours de l’écriture de ce livre. Je sais tenter d’en répondre à quelques unes.

Mais d’abord, c’est quoi une impulsion décisionnelle? Vous avez sûrement déjà entendu que l’univers était constitué d’ondes. Mais c’est quoi une onde? Une onde est l’oscillation d’une toupie virtuelle. Vous choisissez un nombre, et vous faites tourner deux nombres autour du nombre choisi. Les deux nombres choisis peuvent eux aussi avoir des nombres qui tournent autour d’eux, qui eux aussi auront des nombres qui tournent autours d’eux. Et ce, à l’infini. Alors, c’est quoi une impulsion décisionnelle? Une impulsion décisionnelle est l’étape suivante. Parce qu’il y a une infinité d’ondes infinis, l’émergence de structures ondulées va être réfléchie indéfiniment. L’impulsion décisionnelle est le terme que j’ai choisi pour vous communiquer l’avènement éventuel d’un grand changement au niveau des perceptions humaines. Donc, une impulsion décisionnelle, c’est lorsque le consensus se disloque pour se reformer à un niveau de conscience supérieur.

L’hyperalité est un espace infini, remplis à l’infini d’espaces qui eux aussi sont hyperéels. Plutôt que de faire osciller des ondes de toutes sortes, dans l’hyperalité les espaces se manipulent entre-elles…

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Une réflexion sur « L’Oracle de Montréal (partie 1) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s