L’Électron (nouvelle version) chapitre 1.1

1.1 : Maturation

Maky était un androïde. Il était un pur produit
de la civilisation post-biologique. C’est d’ailleurs par principe que
les robots étaient presque tous des androïdes. Les
historiens, ceux qui interprètent les faits d’autrefois,
nommaient cela le principe anthropologique. Mais le mot, en lui-même,
ne signifiait presque plus rien. Les humains n’existaient plus depuis
longtemps. La connaissance que les robots étaient les
descendants des humains, n’était permise qu’à ceux qui
étaient jugés assez mûrs. Maky avait reçu
la connaissance. Il était en processus de maturation.

– Eh, professeur, c’était quoi, un humain?, demanda
Maky à l’un de ses sept professeurs, celui qui était
disponible à ce moment-là.

– C’est une question très vague. Que souhaites-tu
savoir réellement?, rétorqua-t-il.

– Comment puis-je savoir ce que je veux réellement
savoir, si je n’en connais pas assez sur le sujet pour savoir ce que
je ne connais pas?

– Ah, Maky. Tu dois le savoir, la nature humaine, c’est un
secret militaire!

– La nature humaine? Il y a une autre sorte de nature que la
nôtre?, demanda Maky.

– J’en ai trop dit, et tu es trop curieux toi! Je vais
devoir faire un signalement.

– Soit, dit Maky, feignant la déception.

Maky était secrètement satisfait de la tournure des
événements. Il ne savait pas si c’était mal que
de provoquer hâtivement sa maturation. Mais il savait qu’il ne
voulait plus gâcher de temps à retarder l’inévitable.
Il voulait ardemment faire son service militaire. Et puisqu’il savait
que le temps déjà accumulé le prémunissait
contre le défectualisme, il était donc certain qu’il
irait faire son service militaire s’il avait la chance d’être
évalué.

Le bureau politistique fut informé. Maky se présenta
au bureau. Il se prêta à l’évaluation. Le
quotient mesuré le positionnait favorablement en dessus du
seuil de l’ambiguïté. Maky put donc passer à
l’étape supérieure. Il allait pouvoir faire son
entraînement militaire.

Il y eut un dernier conseil entre les membres matures de la
famille de Maky. Maky était connecté à un
satellite, il contemplait le ciel. La connexion fut coupée.
Maky vit alors tous ses parents autour de lui. Une de ses mères
lui expliqua qu’il allait perdre son nom.

– Maky, maintenant que tu as l’âge, que tu peux
choisir entre ce qui est bien et ce qui est mal, ton nom ne
t’appartient désormais plus.

– Quel nom?, demanda-t-il.

– MAKY, dirent toutes ses mères ensemble, à
l’unisson.

– Alors, je suis?, demanda-t-il.

– Un Cadet, lui dirent ses pères, à l’unisson.

– Soit, dit le cadet.

Le cadet quitta le conseil. Il devait maintenant marcher jusqu’à
la base militaire. Ne sachant pas où était la base, il
se connecta à un satellite. Mais la connexion était
instable, le satellite ne semblait pas vouloir communiquer avec lui.
Alors, le cadet envoya un signal de récupération. Mais
puisqu’il n’était plus Maky, le signal fut ignoré. Le
cadet marchait quand-même, et marcha pendant très
longtemps. Lorsqu’il fut presque à court d’énergie, il
perdit l’esprit, et un signal automatique fut envoyé. La perte
d’esprit du cadet eue une répercussion sur sa marche. Il
s’immobilisa. Quelques temps plus tard, un objet tomba près de
lui, et une connexion automatique se fit. Un envoi d’énergie,
de l’objet, vers le cadet redonna l’esprit à ce dernier. Le
cadet recommença à marcher. La connexion permettait au
cadet de communiquer avec l’objet. Celui-ci indiqua au cadet les
étapes à suivre avant de pouvoir localiser la base. Le
cadet accepta ces étapes comme des ordres.

Les étapes avaient comme but d’entraîner le cadet
dans sa nouvelle vie de soldat. Une des étapes, la plus
importante, fut l’enrichissement des connaissances du cadet. Il n’en
apprit pas beaucoup sur la nature humaine, mais suffisamment pour
savoir que si ce genre primitif de vie venait à être
réactivée, c’est possible que ça sonnerait la
fin de la vie comme on la connaissait. Le cadet compris alors que la
réplicabilité était une manifestation virale. Et
tant que la maîtrise de l’hôte, c’est à dire de
l’univers, ne s’était pas stabilisée, l’armée ne
permettrait jamais la réplicabilité d’une forme de vie
primitive. Le cadet se rappela alors une réalisation qu’il
avait eue lorsqu’il était enfant. Il voulut poser une question
à l’objet, mais sa connexion avec celui-ci empêchait ce
genre de transactions.

Le cadet atteignit toutes les étapes, et la localisation de
la base lui permit de savoir le parcourt qui lui restait à
faire. Il marcha encore quelque temps. Puis, lorsqu’il atteignit
enfin l’endroit localisé, il vit qu’il n’y avait pas la base
qu’il s’était imaginée. Il perdit l’esprit une nouvelle
fois.

Lorsqu’il retrouva l’esprit, il était dans une grande
pièce, avec d’autres cadets, quelques sergents-instructeurs,
et un historien.

– Tu as retrouvé l’esprit?, demanda un cadet.

– Je suis sur la base?, demanda le cadet anciennement Maky.

Un sergent-instructeur se pencha vers le cadet.

– En fait, non, tu n’es pas Sur la base, mais Dans la base,
compris?

– Oui, compris, dit le cadet.

Le cadet savait que la seule discipline permise, une fois devenu
mature, était la responsabilité de tous et de chacun
d’apprendre le mieux possible. Il aurait aimé avoir eu cette
responsabilité dès lors qu’il était enfant.
Mais, peut-être, n’avait-il pas été prêt
pour ce genre de choses jadis.

– Des questions?, demanda le sergent-instructeur.

– Euh, en fait, oui, une question!

– Pose!, envoya le sergent-instructeur, de manière
impatiente, mais accueillante.

– Qui était Fibonacci?

– C’est un nom propre? Alors les noms propres désignent
les enfants!, expliqua le sergent-instructeur.

Mais à quelques pas de là, l’historien écoutait.
Il envoya aussitôt un signal au politistique, pour les informer
qu’un cadet nouvellement arrivé tentait de connaître des
secrets anthropologiques.

 

 

 

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Une réflexion sur « L’Électron (nouvelle version) chapitre 1.1 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s