L’humanité est trop diverse pour que le discours de l’âme puisse inclure tout le monde.

Quand on souhaite discourir à propos de l’âme humaine, on peut commencer à partir de généralités. Mais les généralités doivent se fonder sur quelque chose. Et d’ailleurs, c’est quoi une âme?

Je vais tricher un peu, je vais utiliser une définition personnelle. L’âme est selon moi, la capacité d’une organisation quelconque de devenir conscient de sa respiration. L’âme serait donc, le condensé ambifié du processus organisationnel de la matière. La matière ambifiée serait considérée comme vivante, au détriment de la matière considérée comme morte, à qui on ne concéderait pas la propriété d’avoir une âme.

Mais il y a plus que de la simple matière. Toujours selon moi, l’âme, pour être âme, doit être le lien entre l’énergie et la matière dite ‘morte’.

Donc, pour discourir de l’âme humaine, il faut parler de l’énergie qui ne se contrôle pas en tant que telle, du corps qui permets d’interagir avec l’énergie, et la conscience, qui permet de faire un lien entre l’énergie et le corps. L’âme seule, ça n’existe pas selon moi. Le corps seul, ce n’est pas vivant, selon moi. Mais la conscience seule, je ne peux pas me prononcer…

Discourir sur l’âme humaine seule, ça me semble impossible. Parce que chaque personne est unique, chaque personne à sa propre conscience des choses, et le corps de chacun lui est unique. Même les jumeaux monozygotes ont des différences. Donc, d’isoler l’âme pour tenter de discourir, ça risque de créer de sérieux dérapages…

Diviser pour conquérir, c’est une méthode comme une autre pour comprendre son sujet d’étude. La médecine le sait bien, il faut passer au bistouri s’il faut être opéré. L’alimentation est importante pour donner entre autres, de l’énergie à l’organisme. Mais qu’en est-il de la conscience en tant que telle, qu’en est-il de l’âme?

On peut créer des principes, pour bien se nourrir, pour bien se comporter, pour bien prendre soin de sa santé. Moi par contre, je vois un dérapage lorsque l’on impose ces principes, lorsqu’on dit que « c’est comme ça, parce que c’est comme ça que c’est! » Si la conscience est le lien entre l’âme et le corps, il faut comprendre que de jouer sur la conscience aura un effet sur l’âme comme sur le corps. Parce que si une conscience, ou des consciences se permettent de contrôler l’âme d’une autre conscience, alors là, il y a un jeu de pouvoir qui se met en place…

Ce qui va arriver, c’est que pour certains humains, le contrôle sera bénéfique. Mais pour d’autres humains, ce contrôle sera délétère. Parce que si on érige en système l’idée qu’on peut jouer sur l’âme humaine, alors l’humain ne sera plus le dépositaire de son âme, et un organisme plus grand qu’humain en héritera sa respiration!

Mais pour créer un tel organisme, ça prend beaucoup d’influence. Ça prends de stigmates, des tabous, de la discrimination et des permissions. Pour imposer tout cela, il faut beaucoup de crédibilité. Pour déformer de force l’âme de quelqu’un, ça prend entre-autres, un enfer qui aura été pavé de bonnes intentions.

L’humanité est trop diverse pour s’éteindre au profit d’un super organisme abstrait. C’est impossible de colliger tout le potentiel humain dans des principes ou des théories. Ça ne sera jamais possible d’empêcher tous les êtres humains de vivre selon leur conscience véritable. La nature des choses est juste trop déterminée!

Il existe une discipline qui a pour tâche de colliger tous les comportements humains, toutes les décisions possibles, toutes les raisons pour lesquelles ces décisions peuvent être prises. Cette discipline a pour tâche de discourir sur l’âme humaine. Cette discipline peut attribuer aux groupes minoritaires des intentions qui ne leurs sont pas propres. Cette discipline aide beaucoup de monde par ses principes, mais nuit à beaucoup de personnes issues des minorités neurotopiques. Cette discipline se nomme la théorie du fonctionnement de l’esprit humain.

Je n’ai rien contre l’idée de cartographier le potentiel psychique de certains humains ou groupes d’humains. Mais, cet effort ne doit pas se faire au détriment de ceux qui ne cadrent pas selon les idées préconçues et des principes qui, bien que fonctionnant pour la plupart des humains, ne seront jamais la carte qui fait le territoire. Alors, mieux vaut se connaître soi-même, que de se laisser définir par quelqu’un d’autre!

Auteur : leresidue

Bonjour à vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s