La place de la nature dans la pratique de ma vie quotidienne.

Ma motivation pour écrire ce texte vient du carnaval d’articles du blog Jardiner Futé  dont j’ai connu l’existence par l’entremise d’un article de SpotJardin.com

Je vais rarement dehors. Mais j’habite à Montréal, et je peux contempler la nature de l’intérieur. Cela m’aide à me sentir vivant et me donne l’impression d’appartenir à quelque chose de plus important que moi.

On n’habite pas dans une forêt, mais il y a des plantes intérieures. Nous avons quelques plantes, dont une plante à feuilles mauves, et un dattier! Le dattier est plutôt laid, et me semble dangereux. Mais là où il est, il fait joli. La plante mauve est plus étrange. Je peux dire qu’un oiseau m’a déjà fait penser à l’arroser. Pourtant, c’est facile à voir, quand cette plante manque d’eau. Quand elle manque d’eau, les feuilles se replient pour faire des sortes de pyramides. Les feuilles se replient aussi le soir, quand il n’y a plus de soleil. C’est une belle plante étrange, et je l’aime beaucoup.

De l’intérieur, je peux aussi contempler la faune extérieure. D’abord, il y a les oiseaux. En observant les oiseaux que je vois, j’ai pensé que, peut-être, qu’ils voient avec leur bec, et sentent avec leurs yeux. Il y a surtout des moineaux. Les corbeaux sont rares, et les goélands aussi. Il y a parfois d’autres sortes d’oiseaux dont je ne connais pas le noms. Mais le plus souvent, et de loin, ce sont les moineaux qui me font signe.

Après les oiseaux, il y a les chats errants, et ce que mon père nomme les rats avec des queues, les écureuils. Il y a peu de temps, j’ai vu deux écureuils. L’un d’eux s’est approché de moi, malgré la fenêtre fermée de la porte. Il est resté un moment à me regarder, puis il s’est laissé tomber sur la galerie. Ça avait fait un petit ‘pouf’ amusant. Il est ensuite descendu par l’escalier arrière. Ça arrive aussi aux moineaux de prendre les escaliers, pour monter et descendre. C’est très intriguant.

J’ai déjà vu en raton laveur. Je l’avais pris en photo. Il faisait pitié. Il y a beaucoup de travaux à Montréal, et ça dérange la faune.

Nous sommes le trois décembre deux-mille-dix-sept, et normalement, il devrait y avoir de la neige à Montréal. Mais il n’y en a pas…

Je fais une différence entre la nature naturelle, et la nature synthétique. La nature naturelle, pour moi, est tout ce qui peut perdurer sans l’intervention directe des humains. La nature synthétique, pour moi, c’est ce que les humains ont créés comme systèmes évolutifs qui ne sont pas, ou ne devraient pas être, laissés à eux-mêmes.

Je crois que la différence entre la nature naturelle et la nature synthétique est de plus en plus ténue. Un papillon qui vole en chine ne peut pas créer d’ouragans dans les Antilles. Mais les humains en sont peut-être capables. Pour moi, les humains sont dignes de respect, comme tous les animaux de la faune. Mais si on en juge par leurs comportements, il faut s’avouer que les humains peuvent être très bons pour les abstractions. Des abstractions découlent des systèmes, et des systèmes, la nature synthétique.

Par exemple, un ordinateur n’est pas un simple objet, ou un simple outil. Au niveau logiciel, il faut toujours le mettre à jour. Au niveau matériel, ça prend une source d’alimentation. Les logiciels peuvent avoir leurs propres dépendances. En traitant bien mon ordinateur, je peux m’assurer qu’il va continuer à me rendre service.

J’ai honte de le dire, mais je mange beaucoup de thon. C’est toujours du thon en conserve. Et c’est très important que sa pêche ne nuise pas aux dauphins. Je mange aussi des sardines, des fruits et légumes congelés, du gruau, et des plats congelés. On ne fait à peu près pas de gaspillage alimentaire.

Pour terminer, je vais révéler un mantra que je me répète parfois :

La Terre a du courage. Ceux qui le nient, n’en ont pas.

(ce mantra peut sembler agressant, mais je crois fortement que la Terre se sent agressée en ce moment)

Auteur : leresidue

C'est le moment de partir ailleurs...

10 réflexions sur « La place de la nature dans la pratique de ma vie quotidienne. »

  1. A Montréal entre autre il y a les geai bleu, les mésanges a tête noir et les cardinaux … qui passent l’hiver au Québec
    Mon fils reste en avant du parc Marie Bourgeoy l’automne c’est magnifique
    mais il est vrai qu’à Montréal la nature est difficile à voir trop d’édifice et ses travaux qui ne finissent plus.
    J’aime bien l’Outaouais, il y a des arbres partout, des parcs et des sentiers pédestres, je trouve que cela ressemble un peu a ma région natale l’Abitibi .. sauf que c’est plus chaud en été et plus froid en hiver .. a cause de l’humidité ici , le froid rentre dans la peau comme a Montréal .. ce que j’ai eu plus de misère a m’adapter c’est la longueur du jour l’été … il fait clair beaucoup plus tard en Abitibi

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s